Violence et faillite de l’Etat, de Calais au barrage de Sivens

La gestion du projet de barrage de Sivens dans le Tarn et ses conséquences dramatiques, la mort d’un jeune homme de vingt-deux ans, Remi Fraisse, suscitent colère et indignation. Colère contre certains agriculteurs irresponsables et leur représentant, la FNSEA, qui ne voient presque toujours que l’intérêt immédiat et catégoriel plutôt que l’intérêt général. Colère contre les institutions locales – chambre de commerce, conseil général -, qui font preuve de la même partialité, des mêmes calculs à courte vue sans jamais penser la globalité du problème auquel ils sont confrontés: pire en occultant délibérément les données qui gênent les projets de certains de leurs adhérents ou administrés dont ils espèrent les suffrages. Colère aussi contre une partie de la classe politique nationale, dont l’aveuglement n’a d’égal que la partialité dans la gestion des crises: la gauche de gouvernement qui, au-delà des discours lénifiants de campagne électorale, se moque en réalité comme d’une guigne de l’environnement ; cette gauche qui a préféré évincer Delphine Batho que déplaire aux lobbies productivistes, ce pouvoir dont l’un des ministres allait sans honte mégoter les quotas de pêche européens visant pourtant à protéger des espèces marines gravement menacées ; colère aussi contre cette opposition de droite, incarnée notamment par François Fillon, qui n’a, comme Jean-François Copé ou Bernard Accoyer, toujours rien compris à l’urgence de limiter, sinon d’arrêter la destruction fulgurante et massive de notre biotope. Sans parler de Nicolas Sarkozy qui prétend revenir sur l’interdiction d’exploiter le gaz de schiste. Consternation enfin à la lecture de certains articles de presse, qui ironisent sur l’opposition du barrage de Sivens, un journaliste écrivant même le plus sérieusement du monde qu’à ce titre, on n’aurait jamais construit le canal du Midi au XVIIème siècle ! Comment faire comprendre à ce “chieur d’encre” qu’au XVIIème siècle, la population mondiale ne s’approchait pas des huit milliards d’habitants, que les terres n’étaient pas empoisonnées par les pesticides, que les fleuves et les océans n’étaient pas saturés de métaux lourds et de déchets plastiques, que la rareté des ressources en eau n’était pas constamment aggravée par le changement climatique et l’élevage intensif, en un mot que l’on n’avait pas encore modifié de manière irrémédiable l’état de la planète et mis en cause la survie même d’une partie des espèces vivantes. Comment faire comprendre enfin à tous ces Diafoirus que les temps ont changé, que les passéistes, ce ne sont pas les militants écologistes (je veux dire les vrais par tous ces pitres médiatiques, ces figurants politiques si nombreux, rouge-vert ou écolo-libéraux, qui ont fait de cette belle cause un banal enjeu de pouvoir, un vulgaire fond de commerce ou le misérable exutoire de leurs obsessions idéologiques). Non, les passéistes, ce sont eux, eux qui refusent obstinément de voir que cette fuite en avant est criminelle, que le fait de détruire encore plus de zones humides, de pomper toujours plus d’eau pour produire et de consommer encore davantage, consiste à nourrir un Moloch insatiable.

La faillite et la responsabilité de l’Etat géré par François Hollande est très grave. On ne peut s’empêcher de faire le parallèle avec la situation actuelle de la ville de Calais. Si les faits sont très différents, l’absence de réaction, de réflexion politique, est la même et ses conséquences sont désastreuses. L’envoi de CRS ou de gendarmes à Calais, à Notre-Dame-des-Landes, dans le Tarn, en d’autres termes l’emploi de la force publique – ce cache-misère -, précède souvent des abandons de projet en rase campagne et autres hypocrites reculades d’un pouvoir incapable d’anticiper et de trancher. Est-ce donc là toute la solution à la complexité du monde en ce début de XXIème siècle ? N’est-ce pas plutôt un aveu d’impuissance ? A une échelle différente, la mort du jeune Rémi Fraisse évoque la situation indigne dans laquelle les émigrés illégaux sont aujourd’hui obligés de vivre dans la mesure où elle est le fruit de la même abdication, du même aveuglement d’une autorité totalement discréditée et irresponsable. Ce pouvoir, qui devait soi-disant apaiser les conflits, ne fait en réalité que les exacerber en raison de son indifférence et de son aveuglement volontaire. Et, de même que la situation intolérable des émigrés abandonnés à Calais, a rendu possible des batailles rangées entre clandestins et permis l’instrumentalisation de ce désastre par le Front national, de même, l’incapacité à gérer la crise de Sivens a fait le jeu d’autres extrêmes et provoqué la mort d’un jeune homme de vingt-deux ans. Tout autant qu’un pouvoir tyrannique, un pouvoir faible, incapable de décider, apparaît comme l’un des pires pourvoyeurs de la violence et de la déliquescence du contrat social.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.