Interpellation de François Fillon sur la condition animale et l’énergie nucléaire

carousel_3_chasseurMonsieur Fillon,

Vous êtes depuis toujours le défenseur des chasseurs et de la corrida. Sans toutefois vous faire un procès d’intention, les défenseurs de la cause animale dont je suis, peuvent s’inquiéter légitimement des mesures que vous pourriez prendre à cet égard si jamais vous étiez élu président de la République. Pourriez-vous clarifier votre position sur le sujet ? Êtes-vous favorable à un « statu quo » sur des questions très sensibles comme les conditions d’élevage et d’abattage, l’expérimentation animale, la révision de la liste des « nuisibles », l’octroi de journées sans chasse ? Seriez-vous prêt au contraire à envisager des améliorations et des assouplissements de la réglementation actuelle malgré les lobbyistes pro-chasse très actifs qui vous soutiennent ou qui vous soutiendront très probablement après le 2ème tour des primaires (Luc Chatel, Gérard Larcher, Xavier Bertrand, etc.). Un nombre croissant de nos concitoyens sont sensibles à la cause animale qui devient une donnée importante de leur choix politique et citoyen. Sans évoquer ici la question de la souffrance, je tiens à souligner qu’il ne s’agit pas d’un sujet anecdotique mais d’une question éthique essentielle sur laquelle nous aimerions connaître votre position actuelle.

J’ajoute un dernier point, cette fois sur votre défense traditionnelle de l’énergie nucléaire. Les incidents récents survenus dans plusieurs centrales, la faillite d’Areva et le dernier rapport de l’ASN ne devraient-ils pas ébranler la position dogmatique des pro-nucléaires ? En d’autres termes, l’image d’un nucléaire propre, compétitif et garant de l’indépendance nationale, n’est-elle pas dépassée ou plus exactement mensongère ?

Commentaire publié 25 novembre 2016 sur la page Facebook de François Fillon.

Voir la profession de foi pro-chasse de François Fillon

 

Le Point, « Laurent Dingli: Robespierre et la gauche », propos recueillis par François-Guillaume Lorrain, 3 septembre 2015

Le Point : Sans Robespierre, la Révolution aurait-elle tout de même basculé dans la Terreur ?

Laurent Dingli*: On peut en douter. Il en est le théoricien et celui qui la déclenche, même s’il n’est pas le seul et que la décision est prise collectivement, avec le Comité de Salut public et le soutien d’une grande partie de la Convention. Mais Robespierre a joué un rôle moteur, toute forme d’accommodement passant à ses yeux pour une trahison. Deux exemples: l’exécution pure et simple des prisonniers de guerre ennemis réclamée à l’Assemblée et les guerres de Vendée. Il porte en lui un ferment totalitaire.

Robespierre a-t-il été un cadavre encombrant pour la France ?

Après un rejet total sous la Révolution par les Thermidoriens, on a essayé d’abord de s’en détourner: Victor Hugo, qui vante la Révolution, conseille de ne pas s’en occuper, car cet épouvantail fait le jeu des anti-révolutionnaires. Mais les débuts de la IIIème République voient l’organisation du mouvement socialiste et l’essor de l’idée nationale. Robespierre, qui a su jeter les bases d’un culte républicain patriote, devient une figure tutélaire, réhabilitée en particulier par Jaurès. Après la scission entre socialistes et communistes, le fossé entre le courant réformiste et la tentation totalitaire de la gauche se creuse. Dans les années 30, l’organe interne de la CGT aux usines Renault a pour titre L’Incorruptible. Après la guerre, on peut voir dans l’affrontement Sartre-Camus une résurgence de sa figure, car Camus, en déclarant qu’il n’irait pas tuer son frère pour une idée, s’affirme comme l’anti-Robespierre. François Furet, qui distingue plusieurs blocs dans la Révolution, enfonce le clou en analysant le glissement totalitaire de Robespierre, qui anticipe le communisme.

Il devient donc un marqueur fort au sein de la gauche…

Il est absent des commémorations socialistes du bicentenaire de la Révolution. Lorsque, sur le territoire parisien, le PC ou le Front de gauche, qui l’ont « panthéonisé » dans leurs communes, veulent donner son nom à une place ou à une rue, le PS vote contre. Même si je soupçonne certains socialistes de garder une admiration secrète et ambiguë pour cette figure.

Propos recueillis par François-Guillaume Lorrain.

* Historien, auteur d’une biographie de Robespierre (Flammarion).

botswana_leopard_6 bis-titre

Faune Botswana

Diaporama Faune Botswana, avril 2013

Toutes les photographies ont été prises avec un Canon EOS 5 D Mark II

Sicile 1-titre

Grèce-Sicile 1996

Diaporama Grèce-Sicile 1996

Toutes les photographies ont été prises avec un Leïca SL modèle 1968

De la guerre en Syrie

4532842_3_26e3_un-homme-porte-une-fillette-blessee-apres-une_7b716225b73f17c8838127099f6309a5

Un homme porte une fillette blessée après une attaque menée par les forces du régime syrien, le 3 juin 2014 au nord d’Alep. AFP/BARAA AL-HALABI

Cet article est un résumé de mes interventions sur le site de Philippe Bilger

Réactions à l’article Antigone n’a pas sa place en Syrie dans lequel l’ancien avocat général justifiait l’alliance tactique et militaire avec Bachar-el-Assad

27 février 2015

Faut-il choisir entre la peste (Assad) et le choléra (islamiste) ? Vous répondez par l’affirmative, précisant que le premier serait moins pire que le second et critiquant, avec raison, les indignations à géométrie variable du président de la République.
Si j’approuve votre réalisme, je ne crois pas cependant qu’il faille s’allier avec le dictateur sanguinaire Assad lequel a, entre autres, gazé sa population et torturé des enfants (comme le font d’ailleurs régulièrement les islamistes), sans parler des massacres de masse perpétrés par son père.
Vous semblez par ailleurs céder au lieu commun suivant lequel « on », c’est-à-dire l’Occident, aurait malheureusement déstabilisé ces pauvres dictateurs sanguinaires qui nous protégeaient si bien du cancer islamiste. Cette croyance, très répandue, est largement fausse dans la mesure où les Occidentaux ne sont pas à l’origine des révolutions arabes et, s’ils ont en effet déstabilisé l’Irak de Saddam Hussein (contre l’avis de la France, je vous le rappelle), si la gestion de la crise libyenne par Nicolas Sarkozy s’est révélée irresponsable et catastrophique comme vous l’aviez souligné ailleurs, si encore la France et les Etats-Unis ont financé les rebelles syriens (très loin cependant derrière le Qatar, dont on estime l’aide à plusieurs milliards, et l’Arabie saoudite), les Occidentaux ne sont pas à l’origine des explosions populaires qui ont secoué la plupart de ces régimes criminels. Cette auto-flagellation permanente tourne au ridicule.

@ Madame Michelle D-LEROY

Vous avez raison, comme Philippe Bilger et beaucoup d’intervenants, lorsque vous dites que l’humanisme ne saurait être une arme permettant de lutter seule et efficacement contre la monstruosité. C’est ce que n’avait pas compris Ghandi lorsqu’il pensait que son modèle de résistance pacifique, qui fonctionnait avec l’occupant britannique, pouvait produire un effet quelconque face à Adolf Hitler et à la SS.
Sans doute François Hollande n’a-t-il pas pris assez tôt la mesure de la guerre civile en Syrie. Mais à sa décharge et à celle de ses ministres, il faut comprendre quelle pétaudière est le Moyen-Orient et qu’on ne s’y jette pas sans prendre en compte le rapport de forces international et l’imbroglio confessionnel, tribal et communautaire. Qu’aurait-il fallu faire ? Agir très vite sans doute. Au début du conflit, l’opposition n’était pas encore corsetée par les mouvements islamistes financés par le Qatar et l’Arabie saoudite. L’unique alternative eût été alors d’intervenir seul, ou presque, sans mandat de l’ONU en s’opposant à la Chine et surtout à la Russie. La France était-elle disposée à réitérer l’aventure libyenne sans avoir les moyens de garantir la sécurité de ce pays pendant des décennies ? Car nous le savons tous ; une intervention courte ne résout rien et ne fait qu’entretenir le chaos dans cette région du monde. La France n’en avait ni les moyens financiers ni les moyens politiques. Je ne soutiens pas ce gouvernement, mais il faut être juste. Si le président est rarement à la hauteur des enjeux intérieurs ou internationaux, des hommes de qualité tels que Laurent Fabius et Jean-Yves Le Drian ont fait ce qu’ils ont pu sous la direction du même François Hollande. Quelle a été la situation récente du Maghreb et du Moyen-Orient : des populations ou de larges minorités excédées d’être persécutées par des dictateurs corrompus, de vivre dans la misère, d’être parfois assassinées en masse, ont décidé de secouer le joug (le cas de l’Irak est à part). Le problème, c’est que ces populations n’ont pour l’extrême majorité d’entre elles, aucune expérience démocratique ni même politique et qu’un pays en révolution ou en post-révolution se trouve dans une position de grande fragilité (voyez notre propre histoire à cet égard). Dans ce contexte de déréliction, un Islam fanatique constitue malheureusement la force la mieux organisée car elle bénéficie pour ainsi dire de la puissance de son manichéisme régressif et criminel. Sans pousser trop loin la comparaison, c’est ce qu’ont connu l’Allemagne et la Russie au lendemain de la Première Guerre mondiale. Bien entendu, la situation est très différente suivant les pays. La Tunisie résiste mieux en raison de son histoire, de sa géographie, à la poussée islamiste, que la Libye.

30 septembre 2015

Philippe Bilger, vous écriviez : « Serait-il si choquant d’admettre qu’Assad dorénavant « n’est plus notre adversaire », comme l’affirme le compétent et actif député Marc Le Fur, tout simplement parce que, dans la hiérarchie des terreurs délibérées et des ennemis capitaux, on a plus besoin d’une solidarité avec lui que de la poursuite de son ostracisme ? Comme il y a pire qu’Assad et que son soutien nous est nécessaire, notre intérêt est évident. »

Je crois que vous ne savez vraiment pas de quoi vous parlez et qu’il faut avoir un peu de décence par rapport aux victimes de ce régime barbare. Un peu court de se lamenter sur le comportement de l’Arabie saoudite quand on justifie cela. Parce que selon votre logique cynique, on peut affirmer sans risque que le soutien de l’Arabie saoudite, régime finalement bien moins criminel que celui de Bachar, nous est aussi utile (…)

23 octobre 2015

Le point de vue des partisans de l’alliance avec Bachar el-Assad est essentiellement fondé sur une hypothèse stratégique – celle d’une coalition victorieuse – et un argument bien plus abstrait faisant office de justification idéologique, sinon morale : la raison d’Etat, elle-même adossée au principe de la légitime défense et à la hiérarchisation des dangers. Pour donner une caution historique à leur prise de position, les partisans de l’alliance avec le dictateur syrien ne cessent d’établir un parallèle avec la Seconde Guerre mondiale, invoquant plus particulièrement le retournement d’alliances consécutif à l’invasion de l’URSS par les troupes du IIIe Reich, en juin 1941.
Je ne crois pas un seul instant que le maintien de Bachar el-Assad au pouvoir, même sur une portion congrue du territoire syrien, constitue un gage de stabilité sur le plan régional. Je voudrais aussi mettre en garde, non seulement contre la pertinence de certaines comparaisons historiques, mais aussi contre l’argument selon moi tout à fait fallacieux de « la raison d’Etat ». Plus que jamais, ce principe fourre-tout est l’alibi de toutes les compromissions et des pires reniements. La raison d’Etat est une manière pratique et sans appel de mettre le droit des gens et la liberté individuelle entre parenthèses au nom d’un principe supérieur dont le promoteur s’érige en général comme le seul juge, ce qui lui permet de faire l’économie de la moindre explication détaillée et circonstanciée. La raison d’Etat est un aveu de faiblesse démocratique et une manière détournée de justifier la force et la tyrannie.
Ce serait donc au nom d’une raison d’Etat prétendument justifiée qu’il faudrait s’allier à Bachar el-Assad, coupable de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité.
Le dictateur, faut-il le rappeler, est l’un des principaux responsables de la situation actuelle et du progrès des mouvements islamistes (avec la destruction de l’Etat irakien causée par l’intervention américaine de 2003). En faisant preuve d’une barbarie inouïe, en réagissant par des représailles sanglantes aux manifestations du « Printemps arabe », Bachar el-Assad est par ailleurs le premier responsable du basculement de la contestation en guerre civile. On se souvient qu’une ville syrienne est entrée en insurrection après que les tortionnaires du régime ont torturé des enfants « coupables » d’avoir écrit des graffiti sur les murs.
Que l’on me comprenne bien. Il ne s’agit pas d’adopter une posture purement morale. A part quelques idéalistes, personne ne pense sérieusement qu’il soit possible de s’allier exclusivement avec des régimes démocratiques. Mais lorsque l’efficacité d’une alliance avec un régime criminel, lui-même largement responsable de la situation actuelle, n’est pas prouvée – et que l’on s’affranchit même de la nécessité de toute explication au nom de la « raison d’Etat », on commet selon moi une double faute, et pratique, et morale.
Enfin, Philippe Bilger, je n’ai pas oublié la sévérité dont vous fîtes preuve à l’égard du braqueur El-Shennawy, dont la libération vous semblait si indigne alors que cet homme, il est vrai multirécidiviste, avait déjà passé 38 années de sa vie en prison. Aucun rapport, me direz-vous ? N’y en aurait-il vraiment aucun entre deux manières si dissemblables de considérer la justice et le crime pour la simple raison qu’il s’agit, dans un cas, d’une affaire intérieure française et, dans l’autre, de notre prétendue sécurité collective ?

On trouvera l’ensemble de mes interventions sur la page Antigone n’a pas sa place en Syrie du blog de Philippe Bilger Justice au singulier.

loulou copie

Chats

Diaporama Chats 2006-2016

Toutes les photographies ont été prises avec un Canon EOS 5 D ou un Leïca SL modèle 1968 (d’autres photos à venir)

Bretagne 2009 (67) copie-titre

2008-2013

Diaporama Noir et Blanc 2008-2013

Toutes les photographies ont été prises avec un Canon EOS 5 D