Le Monde, 8 octobre 2004, par E. de W.

* Robespierre de Laurent Dingli.

En choisissant de publier un nouveau Robespierre, après ceux de Gérard Walter et Norman Hampson, Laurent Dingli, déjà biographe de Seigneulay (sic) et Renault, s’attaque particulièrement à l’univers mental de son personnage, à partir des premières plaidoiries et brochures de l’avocat d’Arras aux interventions de la Terreur, tant à la tribune des Jacobins qu’à celle de la Convention. L’auteur a le mérite de montrer que les mécanismes de la Terreur sont en place bien avant 1789 et creuse un portrait intellectuel et moral sans répit pour son personnage : celui du persécuteur persécuté, d’un homme obsédé par ses fantômes, d’un paranoïaque du complot courant après un idéal de pureté à coups d’inversion des valeurs. L’humanité pour Robespierre, selon Dingli, n’est pas du côté de la clémence mais dans le courage d’éliminer les méchants. Voire.

E. de W.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.