RFI, Pierre-Edouard Deldique, 14 octobre 2000

Pierre-Edouard Deldique : Bonjour. Bienvenu au Mondial de l’automobile. C’est en effet à la Porte de Versailles, à Paris, que nous allons remonter le temps et revenir sur les temps forts de l’actualité de ces sept derniers jours avec la rédaction de RFI. Une semaine dans le monde c’est tout de suite ; nous reviendrons notamment sur ce qui s’est passé en Israël et en Palestine, et sur la logique de guerre qui semble avoir succédé au processus de paix. Une semaine en France se sera après le journal ; et dans une heure vous saurez tout sur la semaine en Afrique. Voici donc une nouvelle édition de cette cession d’information, réalisée aujourd’hui dans le temple de l’automobile. Nos invités sont Laurent Dingli, qui vient de publier 600 pages sur Louis Renault, et Louis Martinez.

(.) : Les coupures correspondent au passage concernant l’ouvrage de Louis Martinez et aux reportages sur l’actualité de la semaine.

P.-E. D. : Bonjour, Laurent Dingli.

Laurent Dingli : Bonjour.

P.-E. D. : Vous êtes historien et vous venez de publier chez Flammarion une biographie de Louis Renault, qui fait autorité et qui, j’espère, fera référence. Louis Renault, qui symbolise en France l’automobile comme Henry Ford symbolisait l’automobile aux Etats-Unis, par exemple.

L. D. : Louis Renault symbolise l’automobile, mais il symbolise aussi – et on le sait moins, l’aviation ; il est l’un des pionniers de l’aéronautique en France à partir de 1907. Il a ouvré aussi pour la modernisation des chemins de fer, pour l’agriculture ; c’est donc une ouvre très large et très diversifiée, qui mérite d’être connue.

P.-E. D. : Ce qui fascine chez Louis Renault, c’est sa qualité d’entrepreneur. Finalement, il a fait très rapidement quelque chose de Renault.

L. D. : Louis Renault avait en effet ce sens de l’entreprise et je crois qu’il avait aussi un caractère très volontaire et une ténacité assez exemplaire, qu’on lui a d’ailleurs souvent reprochée – cette volonté pouvant en effet déboucher sur un entêtement, et Louis Renault a parfois commis des erreurs sur le plan technique.

Coupure – reportage sur le conflit israélo-palestinien : le lynchage des soldats israéliens à Ramallah et les représailles de Tsahal à Ramallah et à Gaza.

P.-E. D. : Laurent Dingli, comment avez-vous vécu cette série de violences depuis une quinzaine de jours, et singulièrement depuis jeudi dernier. Je vous pose la question parce que vous êtes aussi historien, peut-être surtout historien.

L. D. : J’ai été bien évidemment choqué par les scènes horribles que nous avons vues et par les crimes qui ont été commis de part et d’autre. Je voudrais réagir à ce que j’ai entendu. Il ne s’agit pas de savoir si les Israéliens qui ont été lynchés étaient membres d’une administration civile ou même s’ils étaient membres des services spéciaux ; cela n’enlève rien à l’horreur de ce lynchage ; je crois qu’il n’y a rien de pire que d’être lynché par une foule, à part évidemment – et le raisonnement est le même – à part de voir des enfants palestiniens abattus par les balles tirées par des soldats de l’armée israélienne, (peu importe de) savoir s’il y avait des gens du Hamas derrière ou des provocateurs : rien ne justifie un acte pareil, que ce soit dans un camp ou dans l’autre. J’ajoute qu’au-delà du problème israélo-palestinien, il faut quand même souligner le problème interne à chaque communauté, entre les modérés et les extrémistes, et c’est cela le grand échec, parce que, depuis sept ans, aucun des deux camps n’a réussi à régler le problème de ses propres extrémistes.

Coupure – reportage sur le changement de régime en Serbie et le voyage du ministre des Affaires étrangères Hubert Védrines Belgrade.

L. D. : Oui, je voudrais ajouter, peut-être pour un avenir un peu plus lointain, mais il faudra évidemment que se pose la question des crimes de guerre et du jugement des responsables des massacres, notamment de Srebrenica et de tout ce qu’on a vécu depuis une dizaine d’années.

P.-E. D. : Merci, Laurent Dingli, je rappelle qu’on vous entendra tout à l’heure dans une semaine en France ; vous venez d’écrire une biographie de Louis Renault (.).

Coupure info

P.-E. D. : Bonjour Laurent Dingli.

L. D. : Bonjour.

P.-E. D. : Bienvenu dans ce studio de RFI installé au cour du Mondial de l’Automobile, Porte de Versailles, à Paris, Mondial qui se termine demain, dimanche soir. Vous êtes historien et vous venez de publier une biographie de Louis Renault aux éditions Flammarion, un ouvrage qui fait autorité, un ouvrage de référence et de poids. En deux mots, qui était Louis Renault ?

L. D. : Louis Renault est un homme qui a rarement défrayé la chronique, un homme secret, pudique et c’est, je crois, ce qui l’a beaucoup desservi, ce qui a beaucoup desservi son image jusqu’aujourd’hui. Il n’a pas donné prise à ce que le public voulait savoir et aime savoir d’un homme public, un homme qui était tout de même l’un des plus grands patrons d’Europe.

P.-E. D. : Oui, un formidable entrepreneur, dans le sens noble du terme, c’est-à-dire qu’il avait plein d’idées, plein d’allant.

L. D. : Plein d’idées et c’était aussi quelqu’un qui mettait les mains à la pâte ; c’est-à-dire qu’il pouvait très bien dessiner un moteur d’avion à la main et en même temps façonner la matière, façonner les pièces ; il avait les mains plongées dans le cambouis ; il avait aussi ce côté « ouvrier ».

P.-E. D. : Ce qui m’a frappé dans votre livre, c’est que , dès le début en fait, l’entreprise prend un essor considérable ; ça va très vite l’automobile. Je vois qu’en 1900, Renault représente 4% de la production automobile et en 1908, plus de 14%.

L. D. : Deux choses expliquent cette croissance fulgurante. D’abord, l’automobile est un secteur d’avenir, un secteur récent, qui connaît un formidable dynamisme ; il y a aussi le fait que Louis Renault est issu d’une grande famille de commerçants parisiens, qui possède déjà des relais importants dans toute l’Europe, cela facilite donc l’exportation ; et il est certain que Louis Renault a profité de l’expérience de ses frères dans ce domaine.

P.-E. D. : Vous êtes allé au stand Renault avec votre livre ?

L. D. : Malheureusement, Renault n’aime pas communiquer sur son histoire ; il y a une sorte de tabou, de parenthèse un peu longue. Il y a deux ans, on a fêté le centenaire de la marque et, sur ces 100 ans, il y en a tout de même 48 qui appartiennent à Louis Renault et à ses collaborateurs.

Coupure – reportage sur la relance du débat autour de l’immunité juridique et pénale du président de la République, Jacques Chirac – discours d’Elisabeth Guigou, Garde des Sceaux, et du député Noël Mamère à l’Assemblée nationale.

P.-E. D. : Ce débat autour de l’immunité pénale du président de la République vous intéresse, Laurent Dingli ?

L. D. : Oui, je crois que c’est quelque chose de très important. Je ne veux pas me prononcer sur ce cas précis ; je crois qu’il est encore trop tôt pour le faire ; mais, d’une manière générale, je suis contre l’immunité des hommes politiques ; je crois qu’ils sont là pour avoir une attitude exemplaire, même si ça peut paraître un peu théorique et naïf aujourd’hui de le dire ; mais je crois que certains ont d’ailleurs cette attitude. Refuser de rendre des comptes est quelque chose de très grave et peut-être que la République française pourrait sur ce point s’inspirer de la démocratie athénienne qui avait forgé comme principe la reddition des comptes systématique de ses magistrats à la fin de leur magistrature.

P.-E. D. : A propos de Justice, puis que nous parlons de procès, d’immunité juridique, qu’est-ce qui s’est passé à la fin de la vie de Louis Renault ?

L. D. : Il y a eu au départ une campagne de presse, dont L’Humanité était à l’origine, avant même la Libération de Paris, on réclamait la tête de Louis Renault.

P.-E. D. : Louis Renault, qui est mort en 1944.

L. D. : Oui, Louis Renault a été arrêté et placé en détention à Fresnes ; il est mort un mois plus tard et, quelques semaines après, ses usines, ses biens ont été confisqués par décision du général de Gaulle.

P.-E. D. : Pourquoi a-t-il été arrêté ?

L. D. : Il a été arrêté sur une dénonciation anonyme (en fait signée Renault de La Templerie, ndla) disant que Louis Renault avait fabriqué des moteurs d’avion et s’était enrichi pendant l’Occupation, ce qui est inexact ; c’était somme toute un prétexte. Louis Renault était tout d’abord un symbole, le symbole d’un patronat que toute une frange de la classe politique voulait remettre en cause, et le symbole aussi d’un modèle économique, le libéralisme, sur lequel des proches du général de Gaulle voulait tirer un trait.

Coupure – reportage sur la lutte contre l’argent sale. Le cas de Monaco.

P.-E. D. : Suite d’Une semaine en France avec notre invité ; Laurent Dingli, Monaco, ça vous inspire ?

L. D. : Je pense qu’on fait beaucoup de bruit autour de cette histoire ; je crois que le gouvernement français pourrait aussi nous parler un peu de l’évasion fiscale et des véritables raisons de l’évasion fiscale en France, de la surcharge des entreprises ; pourquoi de plus en plus d’entrepreneurs s’expatrient en Angleterre – plutôt que de faire beaucoup de bruit – bon, la mafia, certes, c’est possible, je ne connais pas suffisamment le dossier pour me prononcer, mais n’est-ce pas un petit peu le roseau qui cache la montagne ?

P.-E. D. : Laurent Dingli, quelles sont les grandes étapes dans la vie de l’entreprise Renault sous Louis Renault, c’est-à-dire avant 1944 ? Quelles ont été les périodes déterminantes ?

L. D. : Il y a eu une grande période déterminante, c’est 1905, pendant laquelle Louis Renault construit les fameux taxis qui vont devenir, pendant la Grande Guerre, les taxis de la Marne – cette vente de taxis va permettre un développement considérable de l’entreprise – on les retrouvera aussi bien à New York, à Londres qu’au Japon. La deuxième étape déterminante c’est bien évidemment la Grande Guerre pendant laquelle Louis Renault va jouer un rôle de premier plan : il est le premier fournisseur de l’armée française à cette époque, que ce soit au niveau du matériel roulant, que des moteurs d’aviation, etc.

P.-E. D. : Et il était en plus constructeur d’avions, au moins au début.

L. D. : Il était constructeur d’avions. Il a construit deux types d’avion pendant la Grande Guerre, qui étaient parmi les meilleurs modèles de l’armée française à cette époque.

Coupure : reportage sur la vague d’antisémitisme en France qui accompagne la montée de violence au Proche-Orient, notamment l’incendie d’une synagogue à Trappes.

P.-E. D. : Un mot sur ce qu’on vient d’entendre, Laurent Dingli, l’antisémitisme, la petite comorienne ou le réseau Echelon, je vous ai senti intéressé.

L. D. : Je suis évidemment catastrophé par ce qui se passe ces temps-ci, par les actes d’antisémitisme en France ; on pouvait croire naïvement que l’antisémitisme – certes n’avait pas disparu, mais en tout cas avait perdu du terrain – et on voit qu’il suffit d’un prétexte, car il n’y a pas d’autres termes – ce qui se passe au Moyen Orient sert de prétexte – pour que toutes ces manifestations d’antisémitisme se donnent libre cours. Il est difficile de conclure sur ce point.

P.-E. D. : C’est votre opinion, elle est en effet largement partagée. Terminons cette édition d’une semaine en France en évoquant Louis Renault avec qui vous avez vécu – combien ? Quatre ans, cinq ans ?

L. D. : Cinq ans.

P.-E. D. : Il y a une véritable légende autour de cet homme-là aujourd’hui ?

L. D. : Il y a une légende qui s’articule autour de trois ou quatre grands thèmes qui sont : Louis Renault, profiteur de guerre en 1914-1918 ; en réalité, la richesse de Louis Renault datait d’avant la Première Guerre mondiale ; en revanche, il a construit l’un des outils les plus importants de l’économie nationale, source de développement et d’emplois. Deuxième légende : Louis Renault, patron de combat, revanchard à l’égard du Front Populaire, c’est aussi une légende, en fait Louis Renault a joué le jeu des réformes de 1936, a embauché massivement des chômeurs, a renouvelé l’outillage et ne s’est pas engagé politiquement contre le Front Populaire. Troisième légende, l’une expliquant l’autre : Louis Renault collaborateur, qui s’est précipité dans la collaboration avec l’Allemagne nazie – et lorsqu’on connaît les chiffres, lorsqu’on a accès au dossier de Justice, et bien, on s’aperçoit qu’il n’en est rien et que, bien au contraire, Louis Renault est rentré un mois après l’Armistice en France et qu’il a travaillé sous la contrainte, ce qui n’était pas le cas de toutes les entreprises françaises.

P.-E. D. : En un mot, qu’est-ce qui vous a conduit à vous intéresser à Louis Renault, vous qui êtes plongé surtout, je crois, dans le XVIIème siècle.

L. D. : Ce qui m’a intrigué au départ c’est le fait qu’un homme ait pu être condamné sans avoir été jugé, c’est quand même assez exceptionnel dans un Etat de droit, et, à partir de là, j’ai découvert une vie passionnante terriblement impliquée dans tous les grands événements de notre siècle.

P.-E. D. : Avez-vous maintenant la vérité sur cette accusation, sur ce qui s’est passé en 1944 ? A-t-on réussi à faire la part des choses aujourd’hui ?

L. D. : On peut affirmer que le général de Gaulle et ses ministres ont délibérément accusé un homme qu’ils savaient innocent – je ne dirais pas sans preuves, mais en dépit des preuves dont-ils avaient connaissance depuis plusieurs mois.

P.-E. D. : Merci Laurent Dingli. Vous venez donc de publier chez Flammarion une biographie de Louis Renault, un gros travail. C’est la fin de cette édition d’une semaine en France (…) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.