Cruauté contre les animaux en Egypte

chiens_caire3De tous côtés me reviennent des récits d’actes de cruauté commis envers les animaux dans la République arabe d’Egypte. Il y a peu de temps, en mai 2007, une campagne d’extermination barbare des chiens du Caire était engagée. Les animaux, tués d’une seule balle (par souci d’économie) ou empoisonnés et abandonnés, souvent encore agonisant dans d’indicibles souffrances, pourrissaient en pleine rue, au milieu des immondices. Un autre touriste vient de me raconter que, l’année dernière, il avait vu avec horreur des animaux (vaches, ânes, etc.) attachés à des pieux jusqu’à ce que mort s’ensuive, près de son hôtel cairote. On lui a expliqué que, faute de moyens financiers, les propriétaires abandonnaient tout simplement leurs bêtes jusqu’à ce qu’elles meurent d’inanition et tombent dans le canal.

Photos de chiens massacrés dans les rues du Caire : association Stéphane Lamart.

Personne ne songe, bien entendu, à boycotter l’Egypte. Chacun sait que le tourisme est l’une des principales sources de revenus de ce chiens_caire4pays. Je connais l’Egypte et l’aime ; j’y ai vécu l’hospitalité de son peuple, et souvent celle des fellahin et des populations semi-nomades les plus misérables. Mais nous ne pouvons, nous ne devons pas nous y rendre avant d’avoir protesté contre de telles pratiques, de même qu’il ne fallait pas agir autrement quand les droits de l’homme les plus élémentaires y étaient bafoués (emprisonnement et condamnation à mort pour homosexualité, etc.). Le boycott est inutile car il ne fait qu’augmenter la pauvreté. Mais voyager en touriste béat, sans rien dire, c’est se rendre complice de ces actes inqualifiables. Certains vont sans doute rétorquer par le lieu commun habituel, l’éternel argument des insensibles et des paresseux : comment un pays où les enfants meurent de faim et fouillent les poubelles peut-il se préoccuper du sort des animaux ? Prendre en considération la détresse humaine et se soucier de la souffrance animale ne sont pas des démarches incompatibles, mais complémentaires. Ceux qui opposent constamment ces deux réalités, témoignent finalement d’un grand mépris pour la pauvreté en suggérant qu’elle exclut par essence toute forme de respect envers l’animal, ce qui est faux. Les chiens errants sont parfois extrêmement maltraités en Grèce et dans les Antilles françaises qui ne sont pas, jusqu’à nouvel ordre, des pays du tiers monde. De même, des nations émergentes ou développées comme la Chine, le Japon, le Canada, font preuve d’une grande cruauté envers les animaux sauvages, alors qu’elles protègent, pour certaines, leurs compagnons domestiques. Et l’on pourrait encore évoquer la pratique de la corrida ou le gavage des oies en France(1). Inversement, il existe des régions bien moins favorisées où les animaux ne vivent pas un calvaire. Il faut noter enfin que, dans les pays pauvres, la souffrance animale est plus manifeste que dans les pays riches où elle est souvent cachée (expérimentation, élevage industriel, etc.). L’équation pauvreté – maltraitance masque souvent une obsession anthropocentriste, comme je l’ai noté dans un autre article. Il n’en reste pas moins que les mauvais traitements et les tortures infligés aux animaux sont en Egypte, depuis trop longtemps, une pratique courante.

Liens : Vous pouvez obtenir plus d’informations (en Anglais) et signer une pétition en ligne sur le site de SPARE (Society for the protection of animal rights in Egypt). Vois aussi les informations de Louxor sur le Brooke Hospital Society for Animal – Luxor. Je rappelle que Brigitte Bardot a proposé son aide au gouvernement égyptien. Cela fait dix ans que la WSPA tente vainement d’arrêter le massacre des chiens de rue en Egypte. Etant l’importance du tourisme, une protestation croissante aurait des chances d’aboutir. Sur l’homme et l’animal, voir l’article que j’ai consacré à cette question et l’excellent texte, déjà cité, de Florence Burgat, philosophe et chercheur à l’Inserm, sur le site d’Arsitra (propos recueillis par Hervé Morin, article publié dans l’édition du 6 mai 2007).

(1) Pour autant, il existe peu de pays au monde où la mort d’un ours pouvait faire la une des journaux, comme ce fut le cas après la disparition de Cannelle ou de Franska. Préoccupation de pays riches ? Sans doute, mais nous devons nous réjouir de cette prise de conscience progressive, car elle influe sur la manière de considérer le vivant dans son ensemble, être humain compris ; Sur ce point, la Communauté européenne constitue un laboratoire de modernité. A suivre, une traduction du texte poignant d’Andrea qui a perdu ses deux compagnons dans les rues du Caire.

13 août 2007

Pour toute référence à ce texte, merci de préciser: Laurent Dingli, “Cruauté contre les animaux en Egypte”, Le site de Laurent Dingli, août 2007.

10 réflexions sur « Cruauté contre les animaux en Egypte »

  1. ditton

    Je croyais que legypte est un pays qui respecte les animaux mais si ils sont barbare que gaza je nirais plus en egypte jetais tombe amoureuse de ce pays cest fini quils aillent au diable qui les emportent

    Répondre
    1. Laurent Dingli Auteur de l’article

      Je comprends votre émotion et la partage bien entendu mais, comme je le rappelle dans ce texte, le boycott ne me semble pas constituer une bonne réponse. C’est en allant sur place, en affirmant son émotion, en condamnant ce qui doit l’être, que l’on peut espérer voir changer les choses et ce, justement, parce que le tourisme est vital pour l’Egypte. Voyez l’exemple de la Corée, c’est parce qu’il existe une pression constante au niveau international qu’un grand marché de viande de chien va fermer ses portes cette année (il reste encore beaucoup à faire dans ce domaine il est vrai). Enfin, ni l’Egypte ni aucun autre pays n’a le triste privilège de la cruauté animale. Les massacres de chiens errants sont récurrent dans beaucoup de pays, notamment au Maghreb. Et puis n’oublions pas qu’avec la corrida, le gavage des oies et des canards, les pattes arrachées des grenouilles, la pratique du déterrage des renards, les coyotes piégés de “nos” Canada Goose, les tortures infligées aux singes dans les laboratoires de nos hôpitaux, etc., la France est loin d’être exempte de critiques.

      Répondre
  2. Susie Elhag

    I live in alexandria, on Tarik el Horia Gianaclis no. 661, and would like to bring to you attention that on the roof on the building on the opposite side of Horia street, there is someone who breeds dogs on the roof. They have two to three dogs living in pens that are really filthy and they have no real protection from the burning sun in the summer and very cold winds and rain in the winter. Also we are disturbed by the dogs barking all day and often late at night.

    I would appreciate your assistance if you can look into this matter.

    Répondre
    1. Laurent Dingli Auteur de l’article

      Dear Mrs Elhag,

      I would love to help you, but it is not easy to do it from a different continent (I live in France). I’m trying to contact one of my Egyptian friend who is professor at the university of Cairo to see if ever she has an idear about that. Have you tried to contact some Egyptian NGO dedicated to animal welfare like S.P.A.R.E. ? I will send you the link to their website if you can’t find it. Let me know if you find a solution. I think that calling the police would’nt be a good idear for those poor creatures
      I will contact you again as soon as my friend will answer my message

      Best regards

      Laurent Dingli

      Répondre
  3. FABIOLA F.

    Bonjour Monsieur,
    Pouvez-vous faire quelque chose de concret pour que les chevaux aux plaies ouvertes sur le garrot et sur tout le corps à cause des chutes et des coups, ne soient plus exploités sur les sites touristiques en Egypte ?
    https://www.demotivateur.fr/article/une-association-denonce-les-traitements-infliges-aux-animaux-destines-au-tourisme-en-egypte-16023
    PETA m’a dit qu’ils agissent au niveau du gouvernement, mais tant que les animaux ne seront pas remplacés par des véhicules style Méharis/Citroën, ces gens analphabètes continueront ces tortures INSUPPORTABLES sur ces pauvres animaux.
    Autres supplices et explications sur ce site : https://www.princefluffykareem.co.uk/
    Il y a toute une éducation à faire auprès des gens : https://sites.google.com/site/wffaassociation/au-dela-de-nos-frontieres/egypte
    Leurs abattoirs, leurs façons de traiter les animaux n’ont pas évolué depuis CRO MAGNON !!
    AU SECOURS pour les animaux !! AU SECOURS !!

    Répondre
  4. chantal

    Je rentre d’un voyage en Egypte. J’ai été particulièrement affectée par la maltraitance aux animaux. Les ânes et les chevaux des calèches sont battus systématiquement.. j’ai entendu des chiens hurler pendant longtemps.
    Je ne parle que de ce que j’ai vu ou entendu.
    Ces animaux souvent blessés sont obligés de travailler dans des conditions inhumaines.
    Cela m’a été insupportable.

    Répondre
    1. Laurent Dingli Auteur de l’article

      Merci pour votre témoignage poignant. Plus des touristes réagiront à ces mauvais traitements et actes de cruauté, plus nous aurons l’espoir d’y mettre un terme

      Répondre
  5. Ciboulette

    Je suis tombée un jour, dans une brocante, sur un récit de voyage aux débuts de la conquête de l’Algérie vers 1850. La dame relatait horrifiée comment les autochtones faisaient avancer les ânes en leur entretenant une plaie dans le cou, plaie dans laquelle ils appuyaient avec un bâton … Et qui ne guérissait donc jamais…
    Les choses n’évoluent pas beaucoup dans ce monde là avec les animaux… mais c’est aussi une histoire de classe sociale. Je connais une marocaine, vivant entre Paris et le Maroc, qui agit beaucoup pour les chiens errants, en recueillant certains et en expliquant aux gens du coin qu’il ne faut pas laisser trainer le leur, Elle a été traumatisée le jour ou les gros bras des autorités locales sont venus abattre tous les chiens du quartier, les siens aussi, sous ses yeux … ne prenant pas même la peine de les achever en les chargeant dans leur camion.

    Répondre
    1. Laurent Dingli Auteur de l’article

      Merci pour votre témoignage. Je connais le sujet car ma chienne Zorah est une “beldi”, une chienne recueillie dans les rues de Fez au Maroc. Quelques jours après son adoption, tous les chiens errants de la ville ont été massacrés. Les protecteurs des animaux sont d’autant plus méritants qu’ils sont particulièrement isolés dans ces pays et qu’ils luttent contre les préjugés et les coutumes cruelles de la grande majorité de la population. Je me fais la même réflexion pour le sud-est asiatique où chiens et chats notamment sont encore ébouillantés vifs, battus à mort et brûlés vivants au chalumeau.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.